Les variantes de Lambin à l’Ecole de néo-latin de Lyon

Je serai heureuse de participer à l’Ecole de néo-latin, qui aura lieu à l’ENS de Lyon du 2 au 6 juillet prochains. J’aurai notamment l’occasion de présenter mes travaux de recherche relatifs aux variantes du commentaire de Denis Lambin à l’Art poétique d’Horace, aussi bien sur le plan de l’édition numérique (comment encoder les variantes?) que sur celui de l’analyse critique (ampleur, nature, enjeux des variantes).

Premiers déboires avec oXygen

Enfin! J’ai enfin pu me lancer dans l’encodage des variantes du commentaire de Lambin, de nombreux mois après ma première formation en XML-TEI (« initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », Tours, CESR). La difficulté n’a pas du tout résidé dans l’encodage lui-même, pour lequel ma formation avait été suffisante – d’autant que j’étais largement guidée par Paul Gaillardon, ingénieur de recherche au CNRS à Lyon, auteur de la première version de l’édition numérique sur laquelle je travaille. La principale difficulté a consisté à obtenir des codes d’accès au logiciel oXygen… Après de multiples échanges de mails, j’ai réussi à obtenir un jeton de licence – que je ne parviens pas à faire fonctionner… Aujourd’hui encore, je travaille sur la version d’essai, valable un mois (que je renouvelle en changeant de mail). Autre difficulté: le grec. Sans que je comprenne pourquoi, après quelques semaines d’utilisation, oXygen a commencé à se bloquer et à faire planter mon ordinateur. J’ai d’abord cru à une défaillance de mon PC, qui n’est pas très performant, et il s’est finalement avéré que c’était la gestion de la langue grecque qui posait problème. Il suffisait en réalité de ne pas activer la lecture des caractères spéciaux que proposait la fenêtre de dialogue qui s’ouvrait, mais de changer la langue d’affichage du texte en palatino linotype, de la manière suivante: Outils > préférence > apparence > polices. Cela réglé, tout a parfaitement fonctionné et j’ai encodé toutes les variantes du commentaire (entre 1561 et 1567) assez rapidement: cela a été rendu possible par le travail préparatoire que j’avais effectué en identifiant une à une les variantes (en comparant les éditions), mais aussi grâce à la relecture et aux propositions de Paul Gaillardon, qui m’a aidée à préparer le texte – notamment en distinguant par des « styles » différents, sous word, les différentes variantes.

Par exemple, les ajouts de 1567 ont été mis en gras :

[410] quid prosit] aliquot libri ueteres habent quid possit.

Ce qui donne à l’encodage (pour l’ajout d’un lemme complet):

<p>
<app>
<lem type= »vide »/>

<rdg wit= »#L1567″><ref type= »lemme » target= »#ars.410″> quid prosit]</ref> aliquot libri ueteres habent quid possit.</rdg>
</app>
</p>

Une dernière difficulté, qui n’est pas encore résolue, consiste en l’encodage d’un ajout très spécifique: il s’agit d’une citation d’extraits de la Franciade de Ronsard (en français donc), avec, en regard, une traduction latine de Dorat.

 

Le partenariat avec le LIP6 se concrétise!

 

Malgré mes premières réticences à échanger sur mes travaux avec une véritable équipe de chercheurs en informatique, j’ai eu grand plaisir à rencontrer M. Jean-Gabriel  Ganascia et quelques membres de l’équipe ACASA du LIP6 (Sorbonne Université, campus Pierre et Marie Curie), qui m’accueille désormais comme « chercheuse invitée » et me loge au bureau 505. Je partage ce bureau avec Côme Saignol notamment, également doctorant en Humanités numériques, sous la direction de M. Ganascia: nous pourrons mutuellement nous encourager et échanger nos compétences.

samedi 20 janvier 2018 – J.E. « Corpus numériques et bases de données » (littérature et linguistique)

Nathalie Dauvois et moi-même (toutes deux Paris 3 Sorbonne Nouvelle, ED 120 – FIRL) avons eu le plaisir de présenter le projet EHRO (Renaissances d’Horace) et ses prolongements  lors de cette journée d’étude très riche autour des humanités numériques en linguistique et littérature. Nous avons pu présenter le travail déjà accompli par l’équipe (numérisation des commentaires d’Horace, saisie en mode texte, encodage du Lambin, travaux critiques et journées d’études associées…), mais aussi les projets en cours ou à venir, notamment mon travail de doctorat.

 

http://www.univ-paris3.fr/journee-d-etudes-corpus-numeriques-et-bases-de-donnees-litterature-et-linguistique–464834.kjsp

 

 

Le commentaire de Lambin à l’Art poétique d’Horace

Je souhaite ici présenter et partager mes recherches en cours sur le commentaire humaniste de Denis Lambin à l’Art poétique d’Horace, publié en 1561, amendé et réédité sous une forme augmentée en 1567. Inscrite en 1ère année de doctorat à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle, sous la direction de Nathalie Dauvois, et co-encadrée par Gauvain Bourgne, MCF en informatique à l’UPMC, j’ai pour projet de créer une édition électronique enrichie de ce commentaire, qui permette aux chercheurs, mais aussi à un public plus large, d’accéder à ce texte déterminant dans la réception et la transmission du poète latin Horace. Cette édition sera accompagnée d’une étude critique qui permettra de mieux cerner l’auteur de ce commentaire, le milieu dans lequel il évolue, pour comprendre notamment sa méthode, le public qu’il vise, les objectifs qu’il s’assigne. Une partie importante de mon travail consistera également à comparer ce commentaire avec celui d’autres humanistes (italiens), qui publièrent également le leur au milieu du XVIe s.(Parrasio, Grifoli, Luisini, Denores, Pigna): cela permettra de voir comment ce « réseau » de commentaires dialogue, s’ils se réfèrent aux mêmes sources (notamment Aristote), s’ils ont la même lecture de l’Ars, et de dégager plus particulièrement la spécificité du commentaire de Lambin. Si j’ai déjà mené, par le passé, des travaux de recherche sur des textes humanistes, que j’ai eu l’occasion de traduire et d’étudier, l’aspect numérique de mes recherches est en revanche parfaitement nouveau et il s’agit d’un défi. Je souhaiterais, dans ce carnet de recherches, partager cette expérience de l’élaboration d’une thèse en « Humanités numériques » quand on est au départ une « simple » agrégée de Lettres classiques spécialiste de langue et culture néo-latines. Pendant quelques années, je vais être confrontée à un mélange de langages curieux, tirés d’époques que tout semble opposer: latin, grec, balises, code informatique… et j’aimerais en rendre compte.