La presse en parle!

Un article de la revue Les Influences a repéré la numéro 35 (oct. 2020) de la revue Diasporas à laquelle je suis très heureuse d’avoir contribué. Son auteur, Emmanuel Lemieux, s’intéresse en particulier à mon cher Lambin et au verbe « lambiner », que je proposais de considérer à la lumière actuelle de la Slow Science. Bonne lecture!

Une universitaire réhabilite le verbe «lambiner»

Lambin dans « Les Parcours de l’humanisme »

Le n°35 de la revue Diasporas, dirigé par Cécile Caby et Clément Revest, est enfin sorti – sous format papier, pour l’instant. Il est consacré aux « Parcours de l’humanisme ».

Je suis ravie d’y avoir contribué, dans un article intitulé: « Le Parcours de Denis Lambin (1519-1572), précurseur de la « Slow science » ? ».

J’y défends l’idée que l’humaniste et professeur royal Denis Lambin (1519-1572) offre un parcours intéressant, et que la méthode qu’il élabore patiemment, au service d’éditions très réputées, n’est pas sans rappeler les revendications actuelles des tenants de la Slow science. Issu d’un milieu artisan, il connaît plusieurs périodes de formation en France et en Italie, aux cours desquelles il développe un large et précieux réseau, avant de devenir Lecteur royal à Paris – à plus de 40 ans. Ses célèbres éditions (Horace, Cicéron, Lucrèce…) datent toutes des dix dernières années de sa vie et sont le fruit du travail patient d’un philologue soucieux d’offrir à ses étudiants et ses lecteurs le meilleur du savoir de son temps – quitte à « lambiner ».  

Recherches et Covid-19. Les commentaires sur l’Ars des années 1550

La pandémie et le confinement ont rendu, pour beaucoup de chercheurs, le travail difficile en raison de la fermeture des bibliothèques, de l’impossibilité de fréquenter ses collègues – voire de la nécessité de garder ses enfants à la maison tout en faisant cours à distance…

J’ai trouvé pour ma part cette période éprouvante, même si elle m’a un peu laissé le temps d’explorer les commentaires sur l’Ars d’Horace des années 1550 – ceux de Grifoli (1550), Denores (1553), Estaço (1553) et Luisini (1554).

Si les commentaires des Italiens et du Chypriote ont déjà été explorés (par Nathalie Dauvois, Monique Bouquet, Olivier Millet, Alice Vintenon notamment), celui du Portugais Aquiles Estaço a été peu étudié en revanche. Or le parcours et le travail de cet humaniste sont passionnants! Après avoir parcouru les mers, enfant, avec son père, maître d’arme de Vasco de Gama, il rentre au Portugal où il étudie les lettres latines et grecques avec les plus grands érudits de son temps, comme Adrien Resende, qui lui ouvre notamment son réseau flamand. Estaço complète donc sa formation à Louvain, au Collegium Trilingue, auprès de Pieter Nanninck, avant de gagner Paris (au collège Saint-Barbe sans doute, vers 1548), où il publie les Topiques de Cicéron (1549) avec des érudits déjà bien installés comme Latomus, lecteur royal d’éloquence latine depuis 1534. C’est en 1553, une fois revenu en Flandres, qu’Estaço publie, à Anvers, son commentaire sur Horace.

Cet été, je poursuis la rédaction de ma thèse. Mon travail consiste à montrer que la formation de cette génération de commentateurs en fait des rhetorici plus que des grammatici et que leurs commentaires, dont le public n’est plus le même que ceux du début du siècle, proposent les premiers éléments d’une réflexion théorique (poétique et rhétorique) moderne.

Une notice pour Aquiles Estaço (1524-1581)

L’humaniste portugais Aquiles Estaço (Achilles Statius Lusitanus), auteur d’un commentaire sur l’Art poétique (1553), ne disposait pas de notice bio-bibliographique sur notre site des « Renaissances d’Horace »! C’est chose faite!

Le texte du commentaire, qui a été océrisé, est un cours de nettoyage et de mise aux normes éditoriales pour bientôt intégrer également notre site. Grâce à Jérémie Pinguet, le grec sera également bientôt saisi et les sources identifiées – nous pourrons ensuite l’encoder en xml-tei et le faire dialoguer avec les autres commentaires humanistes d’Horace, grâce au travail de Paul Gaillardon, de l’IHRIM.

Denis Lambin et la slow science?

Denis Lambin, ce philologue humaniste qui savait prendre son temps pour élaborer des éditions commentées d’auteurs antiques, a (paraît-il! rêvons un peu…) donné naissance au verbe français « lambiner ». Ce terme, encore employé aujourd’hui, paraît avoir doucement changé de connotation: la plupart du temps associé à l’idée de mollesse, de nonchalance excessive et irritante, il peut actuellement, dans une période où l’on revendique un nécessaire retour à la lenteur (slow food, slow education, slow science…), renvoyer au contraire à un nouvel imaginaire d’apaisement et de plénitude – à tel point que la revue Télérama a récemment intitulé un article: « Heureux, les lambins » (article de Marion Rousset, Télérama n°3657 du 12 février 2020, p. 33-35).

Résultat de recherche d'images pour "alice au pays des merveilles"

En termes de recherche scientifique, « lambiner » ne serait-il pas le gage d’un travail au long cours, réfléchi, aux résultats peut-être tardifs mais probants et honnêtes ? Dans ce sens, la méthode de Lambin pourrait rejoindre les préoccupations et les revendications des tenants de la slow science, qui défendent depuis quelques années « les valeurs d’un artisanat scientifique fondé sur l’honnêteté, la qualité, la créativité et le plaisir inhérent à la lenteur d’un travail bien fait » (Joël Candau et Isabelle Gavillet, « La Slow Science, condition de la découverte? », Découverte. Revue du Palais de la découverte, 39, 2014, p. 2).

Ce sont ces questions que je me propose d’explorer, au regard de la trajectoire de l’humaniste, dans un article à paraître dans la revue en ligne Diasporas (2020/1), intitulé: « Le parcours de Denis Lambin (1519-1572), précurseur de la « Slow Science » ? « 

J’aurai également l’occasion d’évoquer la méthode (et la légendaire lenteur!) du philologue dans le cadre de la journée d’étude: « Les Vices du temps: précipitation, impatience et inquiétude aux XVIe et XVIIe siècles », organisée par J. Le Floc’h et A. Viaud les
19 et 20 juin 2020 (Sorbonne Université, Cornucopia).

[Vices du temps] Affiche

Les humanités numériques, une nouvelle philologie ?

Le samedi 14 mars 2020, les séminaires Ceren (EA174) et Chorea (Cornucopia) recevront Terence Cave et se réuniront autour du thème: La Renaissance et le contemporain.

Nous nous demanderons ensemble quels concept, notion, choix méthodologique ou disciplinaire propres au contemporain, et notamment aux sciences humaines d’aujourd’hui, éclairent, facilitent ou au contraire entravent les approches de la littérature de la Renaissance dans le cadre d’une recherche doctorale.

A cette occasion, je serai ravie de présenter quelques éléments de réflexion autour du sujet: « Les humanités numériques, une nouvelle philologie ? »

Colloque sur une édition numérique du XVIe s.

Je suis ravie de relayer l’information suivante: se tiendra les 4-5 juin prochains à l’ENS un colloque sur « La circulation des écrits littéraires de la Première Modernité et Humanités Numériques ».

Ce colloque est organisé par Anne Réach-Ngô (UHA, IUF),  Richard Walter (ITEM, ENS-CNRS) et l’équipe Joyeuses Inventions (Magda Campanini (Université Ca’Foscari, Venise), Marine Parra (UHA),Carole Primot (Université Rennes 2), Côme Saignol (Sorbonne Université), Miriam Speyer (Université de Caen Normandie), Sylvie Vervent-Giraud (ITEM)).

Il s’inscrit dans la lignée du projet d’édition critique numérique du Thresor des joyeuses inventions du parangon de poésies (1554-1599). Il vise à fédérer des chercheurs qui s’intéressent aux pratiques d’édition numérique des corpus de la Première Modernité. Le projet d’édition critique s’élargit désormais à un projet plus vaste qui concerne l’ensemble du corpus des recueils collectifs de poésies recensés par Frédéric Lachèvre.

Je serai curieuse d’y entendre les pratiques numériques de camarades seiziémistes françisants et d’échanger avec eux! 

 

Journée de la SEMEN-L: La fabrique du commentaire de Denis Lambin sur Horace, d’une édition à l’autre.

Contrairement à ce que j’annonçais dans un précédent billet, j’évoquerai, lors de la journée des jeunes chercheurs de la SEMEN-L, le samedi 11 mai 2019, à 14h30, la fabrique du commentaire de Denis Lambin sur Horace, d’une édition à l’autre (1561-1567).

Je serai ravie de présenter le travail qui m’a occupée plus précisément ces derniers temps et qui porte sur les variantes du texte de Lambin. Nous pourrons en analyser l’ampleur, la nature et les enjeux.

La journée de la SEMEN-L:  samedi 11 mai à partir de 9h30, Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle D223.

Voir le Programme_Semen_L_2019_

Merci beaucoup à Déborah Boijoux, Nicolas Casellato et Clara Renedo pour l’organisation de cette journée!

La bibliothèque médiévale de Denis Lambin

J’ai eu le plaisir, lors de la séance du séminaire du CEREN du jeudi 19 avril 2019, de présenter quelques éléments de réflexion relatifs à la bibliothèque médiévale de Denis Lambin – conformément au thème du séminaire de cette année, qui consiste à explorer les sources médiévales, avouées ou non, des humanistes.

 

Ainsi, j’ai eu l’occasion d’évoquer les bibliothèques, italiennes et françaises, fréquentées par Lambin, dans lesquelles il a pu trouver des manuscrits médiévaux, mais aussi des ouvrages plus récents d’auteurs de la période médiévale, comme Eustathe de Thessalonique ou Albert le Grand, par exemple.

J’ai tâché d’analyser quel usage Lambin faisait de ces références, dans son commentaire d’Horace en particulier, d’une édition (1561) à l’autre (1567). J’ai également rappelé les commentaires médiévaux d’Horace (en particulier de l’ars) qui nous sont parvenus et montré leur influence sur les commentaires humanistes, jusqu’à Lambin.

Je remercie vivement les auditeurs du séminaire pour leur attention et leurs questions.

 

Journée des jeunes chercheurs de la SEMEN-L

Samedi 11 mai 2019, j’aurai le plaisir de participer à la IIIe journée des jeunes chercheurs de la SEMEN-L.

A cette occasion, j’aborderai les sources contemporaines de Denis Lambin.

En effet, l’humaniste s’inscrit dans un réseau de lettrés, de juristes et de parlementaires, français et italiens, qui évolue au cours des années 1550-1560 et qui joue – au gré des lectures et des rencontres – sur sa manière de commenter les auteurs antiques. Je souhaiterais explorer quelques aspects de ce réseau et montrer son influence sur son travail.

Société d'Etudes Médio et Néo-latines

Mise au point de rentrée – Programme de l’année 2018-2019

L’été m’a permis de bien avancer dans mes travaux: la traduction du commentaire de Lambin, terminée, est en cours de relecture par Nathalie Dauvois; j’ai terminé d’encoder le texte latin, les variantes de 1567 et 1579, les références internes et externes. Bien sûr, l’édition numérique est encore loin d’être terminée: il reste toujours de nouvelles références ou précisions à ajouter (dont je découvre l’intérêt en cours d’investigation), il faudrait référencer également chaque vers d’Horace (pour toutes ses oeuvres!) afin que les renvois internes fonctionnent, et il faudrait associer à chaque citation d’un auteur classique le lien vers le contexte en ligne. Pour ce qui est de l’édition numérique, viendra également plus tard le temps d’encoder la traduction. Pour l’instant, je m’en tiens à améliorer la version papier de celle-ci, que j’annote soigneusement et abondamment.

Le fait de préparer en thèse une édition à la fois papier et numérique pose des questions – et des problèmes. Par exemple, comment insérer les notes « savantes » (souvent longues)? Faut-il d’ailleurs le faire dans l’édition numérique? Quel est le public qui lira cette édition en ligne? Il s’agit de faire des choix distincts pour les deux éditions, pour satisfaire le jury de thèse (qui lira en priorité la version papier, accompagnée du volume d’analyse critique), mais aussi offrir une version en ligne agréable et lisible.

Ainsi, je tâche d’enrichir pour l’instant mes annotations et de préparer le volume critique du commentaire de Lambin, dont le plan est a priori fixé et dont j’ai déjà rédigé quelques éléments – en particulier sur les variantes du commentaire.

Outre cela, je dois préparer cette année deux interventions:

  • le 18 avril 2019 sur « la bibliothèque médiévale de Denis Lambin », dans le cadre du séminaire du CEREN, avec Michel Magnien et Nathalie Dauvois, à la Sorbonne
  • le 11 mai 2019 sur « Lambin et ses sources contemporaines », dans le cadre du séminaire des jeunes chercheurs de la SEMEN-L, à la maison de la recherche de la Sorbonne.

Je projette également d’écrire deux articles:

  • sur Le commentaire d’Aquiles Estaço (Achilles Statius Lusitanus) sur Horace (1553) et son lien avec le commentaire de Lambin.
  • Sur la place de l’ornement et du parergon à la Renaissance et dans les commentaires à l’Art poétique d’Horace.

Retour sur l’école de néo-latin de Lyon (2-6 juillet 2018)

L’école de néo-latin de Lyon de juillet 2018, que j’avais annoncée ici, fut un vrai régal: autour de textes magnifiques et parfaitement choisis, nous avons pu avoir des discussions nourries, entre chercheurs d’âges, d’horizons, de domaines et de niveaux variés.

Lors de la table ronde consacrée aux « néo-latinités digitales » (le 5 juillet après-midi), nous avons pu découvrir plusieurs projets d’éditions numériques en construction: celui de Tristan Vigliano (Lyon II, IHRIM-UMR 5317) autour du Coran en latin, celui de Sarah Orsini (HISOMA, Lyon II) sur les poèmes de Giovanni Pascoli et celui de Paul Gaillardon (IHRIM) et moi-même autour du commentaire de Denis Lambin à Horace et ses variantes (1561, 1567, 1579).

Paul Gaillardon et moi-même avons tâché de montrer l’intérêt des variantes de 1567, comment la TEI permet de faciliter l’investigation du chercheur, mais aussi de visualiser efficacement les strates du texte. En effet, non seulement la TEI permet de valider des hypothèses (en l’occurrence, par exemple, l’infléchissement dans la réflexion théorique et poétique de Lambin visible dans ses ajouts et ses corrections), mais elle permet également d’invalider des hypothèses ou d’en faire apparaître de nouvelles: par exemple, l’extraction des citations externes fait notamment apparaître un rééquilibrage entre les références à Homère et Virgile, absolument essentiel à la réflexion.

Je remercie vivement Smaranda Marculescu (ENS de Lyon, IHRIM-UMR 5317) d’avoir orchestré tout cela et d’avoir permis ces belles rencontres, qui ne manqueront pas de déboucher sur des partenariats de recherche.

Les variantes de Lambin à l’Ecole de néo-latin de Lyon

Je serai heureuse de participer à l’Ecole de néo-latin, qui aura lieu à l’ENS de Lyon du 2 au 6 juillet prochains. J’aurai notamment l’occasion de présenter mes travaux de recherche relatifs aux variantes du commentaire de Denis Lambin à l’Art poétique d’Horace, aussi bien sur le plan de l’édition numérique (comment encoder les variantes?) que sur celui de l’analyse critique (ampleur, nature, enjeux des variantes).

Premiers déboires avec oXygen

Enfin! J’ai enfin pu me lancer dans l’encodage des variantes du commentaire de Lambin, de nombreux mois après ma première formation en XML-TEI (« initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », Tours, CESR). La difficulté n’a pas du tout résidé dans l’encodage lui-même, pour lequel ma formation avait été suffisante – d’autant que j’étais largement guidée par Paul Gaillardon, ingénieur de recherche au CNRS à Lyon, auteur de la première version de l’édition numérique sur laquelle je travaille. La principale difficulté a consisté à obtenir des codes d’accès au logiciel oXygen… Après de multiples échanges de mails, j’ai réussi à obtenir un jeton de licence – que je ne parviens pas à faire fonctionner… Aujourd’hui encore, je travaille sur la version d’essai, valable un mois (que je renouvelle en changeant de mail). Autre difficulté: le grec. Sans que je comprenne pourquoi, après quelques semaines d’utilisation, oXygen a commencé à se bloquer et à faire planter mon ordinateur. J’ai d’abord cru à une défaillance de mon PC, qui n’est pas très performant, et il s’est finalement avéré que c’était la gestion de la langue grecque qui posait problème. Il suffisait en réalité de ne pas activer la lecture des caractères spéciaux que proposait la fenêtre de dialogue qui s’ouvrait, mais de changer la langue d’affichage du texte en palatino linotype, de la manière suivante: Outils > préférence > apparence > polices. Cela réglé, tout a parfaitement fonctionné et j’ai encodé toutes les variantes du commentaire (entre 1561 et 1567) assez rapidement: cela a été rendu possible par le travail préparatoire que j’avais effectué en identifiant une à une les variantes (en comparant les éditions), mais aussi grâce à la relecture et aux propositions de Paul Gaillardon, qui m’a aidée à préparer le texte – notamment en distinguant par des « styles » différents, sous word, les différentes variantes.

Par exemple, les ajouts de 1567 ont été mis en gras :

[410] quid prosit] aliquot libri ueteres habent quid possit.

Ce qui donne à l’encodage (pour l’ajout d’un lemme complet):

<p>
<app>
<lem type= »vide »/>

<rdg wit= »#L1567″><ref type= »lemme » target= »#ars.410″> quid prosit]</ref> aliquot libri ueteres habent quid possit.</rdg>
</app>
</p>

Une dernière difficulté, qui n’est pas encore résolue, consiste en l’encodage d’un ajout très spécifique: il s’agit d’une citation d’extraits de la Franciade de Ronsard (en français donc), avec, en regard, une traduction latine de Dorat.