Recherches et Covid-19. Les commentaires sur l’Ars des années 1550

La pandémie et le confinement ont rendu, pour beaucoup de chercheurs, le travail difficile en raison de la fermeture des bibliothèques, de l’impossibilité de fréquenter ses collègues – voire de la nécessité de garder ses enfants à la maison tout en faisant cours à distance…

J’ai trouvé pour ma part cette période éprouvante, même si elle m’a un peu laissé le temps d’explorer les commentaires sur l’Ars d’Horace des années 1550 – ceux de Grifoli (1550), Denores (1553), Estaço (1553) et Luisini (1554).

Si les commentaires des Italiens et du Chypriote ont déjà été explorés (par Nathalie Dauvois, Monique Bouquet, Olivier Millet, Alice Vintenon notamment), celui du Portugais Aquiles Estaço a été peu étudié en revanche. Or le parcours et le travail de cet humaniste sont passionnants! Après avoir parcouru les mers, enfant, avec son père, maître d’arme de Vasco de Gama, il rentre au Portugal où il étudie les lettres latines et grecques avec les plus grands érudits de son temps, comme Adrien Resende, qui lui ouvre notamment son réseau flamand. Estaço complète donc sa formation à Louvain, au Collegium Trilingue, auprès de Pieter Nanninck, avant de gagner Paris (au collège Saint-Barbe sans doute, vers 1548), où il publie les Topiques de Cicéron (1549) avec des érudits déjà bien installés comme Latomus, lecteur royal d’éloquence latine depuis 1534. C’est en 1553, une fois revenu en Flandres, qu’Estaço publie, à Anvers, son commentaire sur Horace.

Cet été, je poursuis la rédaction de ma thèse. Mon travail consiste à montrer que la formation de cette génération de commentateurs en fait des rhetorici plus que des grammatici et que leurs commentaires, dont le public n’est plus le même que ceux du début du siècle, proposent les premiers éléments d’une réflexion théorique (poétique et rhétorique) moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.