1561: année poétique

Cette année, le séminaire doctoral du CEREN (Paris Sorbonne Nouvelle) s’intitule « Une estincelle en un petit moment » et s’intéresse aux moments-clés de la Renaissance. L’enjeu de ce séminaire est en effet d’interroger les différents « moments » où s’opèrerait un tournant dans la littérature, la pensée, l’épistémè de la Renaissance. Chaque doctorant y questionne le moment (historique, idéologique, poétique) de son corpus, pour voir dans quelle mesure il constituerait, incarnerait, s’inscrirait à un moment-clé.

J’ai pour ma part choisi d’évoquer, lors de mon intervention du jeudi 6 mai 2021, l’année 1561, que me paraît un tournant intéressant sur le plan poétique.

Alors que la France connaît une crise politique et religieuse majeure, à la veille des guerres de religion, qu’un poète comme Ronsard connaît une “mutation poétique” (Daniel Ménager) et renonce provisoirement à sa muse lyrique, plusieurs “poétiques” latines sont rédigées ou publiées:

Le commentaire de Denis Lambin sur Horace, incluant l’Art poétique: Q. Horatus Flaccus, ex fide atque auctoritate decem librorum manuscriptorum, opera D. Lambini, emendatus ab eodemque commentariis copiosissimis illustratus, nunc primum in lucem editus, Lyon, Jean De Tournes, 1561.

Le commentaire Giovan Battista Pigna sur l’Art poétique d’Horace : Poetica Horatiana, Venise, Vincenzo Valgrisi, 1561.

Le commentaire du hongrois Joannes Sambucus (János Zsámboky) sur la même oeuvre d’Horace : Ars poetica Horatii et in eam paraphrasis, et parekbolai siue commentariolum, Anvers, Christophe Plantin, 1564 (texte rédigé en 1561).

La Poétique de Jules-César Scaliger : Poetices libri septem, Lyon, Antoine Vincent, 1561.

Ces poétiques se distinguent de celles des années 1550 (dont on trouvera le détail sur le site des Renaissances d’Horace) sur le plan géographique, sur le plan formel, et dans leur relation à la source aristotélicienne.

En effet, ces poétiques quittent la seule Italie, leurs auteurs témoignent d’un grand souci de recherche formelle (Pigna organise le texte d’Horace sous forme de carte heuristique; Sambucus le commente à l’aide d’un dialogue) et mobilisent de manière bien plus fine et pertinente que leurs prédécesseurs des années 1550 leur connaissance du philosophe (Poétique, Rhétorique, mais aussi Ethique) pour expliquer Horace et exposer ce qu’est, selon eux, la poésie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.