Premiers déboires avec oXygen

Enfin! J’ai enfin pu me lancer dans l’encodage des variantes du commentaire de Lambin, de nombreux mois après ma première formation en XML-TEI (“initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux”, Tours, CESR). La difficulté n’a pas du tout résidé dans l’encodage lui-même, pour lequel ma formation avait été suffisante – d’autant que j’étais largement guidée par Paul Gaillardon, ingénieur de recherche au CNRS à Lyon, auteur de la première version de l’édition numérique sur laquelle je travaille. La principale difficulté a consisté à obtenir des codes d’accès au logiciel oXygen… Après de multiples échanges de mails, j’ai réussi à obtenir un jeton de licence – que je ne parviens pas à faire fonctionner… Aujourd’hui encore, je travaille sur la version d’essai, valable un mois (que je renouvelle en changeant de mail). Autre difficulté: le grec. Sans que je comprenne pourquoi, après quelques semaines d’utilisation, oXygen a commencé à se bloquer et à faire planter mon ordinateur. J’ai d’abord cru à une défaillance de mon PC, qui n’est pas très performant, et il s’est finalement avéré que c’était la gestion de la langue grecque qui posait problème. Il suffisait en réalité de ne pas activer la lecture des caractères spéciaux que proposait la fenêtre de dialogue qui s’ouvrait, mais de changer la langue d’affichage du texte en palatino linotype, de la manière suivante: Outils > préférence > apparence > polices. Cela réglé, tout a parfaitement fonctionné et j’ai encodé toutes les variantes du commentaire (entre 1561 et 1567) assez rapidement: cela a été rendu possible par le travail préparatoire que j’avais effectué en identifiant une à une les variantes (en comparant les éditions), mais aussi grâce à la relecture et aux propositions de Paul Gaillardon, qui m’a aidée à préparer le texte – notamment en distinguant par des “styles” différents, sous word, les différentes variantes.

Par exemple, les ajouts de 1567 ont été mis en gras :

[410] quid prosit] aliquot libri ueteres habent quid possit.

Ce qui donne à l’encodage (pour l’ajout d’un lemme complet):

<p>
<app>
<lem type=”vide”/>

<rdg wit=”#L1567″><ref type=”lemme” target=”#ars.410″> quid prosit]</ref> aliquot libri ueteres habent quid possit.</rdg>
</app>
</p>

Une dernière difficulté, qui n’est pas encore résolue, consiste en l’encodage d’un ajout très spécifique: il s’agit d’une citation d’extraits de la Franciade de Ronsard (en français donc), avec, en regard, une traduction latine de Dorat.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.