Retour sur l’école de néo-latin de Lyon (2-6 juillet 2018)

L’école de néo-latin de Lyon de juillet 2018, que j’avais annoncée ici, fut un vrai régal: autour de textes magnifiques et parfaitement choisis, nous avons pu avoir des discussions nourries, entre chercheurs d’âges, d’horizons, de domaines et de niveaux variés.

Lors de la table ronde consacrée aux “néo-latinités digitales” (le 5 juillet après-midi), nous avons pu découvrir plusieurs projets d’éditions numériques en construction: celui de Tristan Vigliano (Lyon II, IHRIM-UMR 5317) autour du Coran en latin, celui de Sarah Orsini (HISOMA, Lyon II) sur les poèmes de Giovanni Pascoli et celui de Paul Gaillardon (IHRIM) et moi-même autour du commentaire de Denis Lambin à Horace et ses variantes (1561, 1567, 1579).

Paul Gaillardon et moi-même avons tâché de montrer l’intérêt des variantes de 1567, comment la TEI permet de faciliter l’investigation du chercheur, mais aussi de visualiser efficacement les strates du texte. En effet, non seulement la TEI permet de valider des hypothèses (en l’occurrence, par exemple, l’infléchissement dans la réflexion théorique et poétique de Lambin visible dans ses ajouts et ses corrections), mais elle permet également d’invalider des hypothèses ou d’en faire apparaître de nouvelles: par exemple, l’extraction des citations externes fait notamment apparaître un rééquilibrage entre les références à Homère et Virgile, absolument essentiel à la réflexion.

Je remercie vivement Smaranda Marculescu (ENS de Lyon, IHRIM-UMR 5317) d’avoir orchestré tout cela et d’avoir permis ces belles rencontres, qui ne manqueront pas de déboucher sur des partenariats de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.